La Sorcière

La Sorcière « L’unique médecin du peuple, pendant mille ans, fut la Sorcière. Les empereurs, les rois, les papes, les plus riches barons, avaient quelques docteurs de Salerne, des Maures, des Juifs, mais la masse de tout état, et l’on peut dire le monde, ne consultait que la Saga ou Sage-Femme. Si elle ne guérissait, on l’injuriait, on l’appelait Sorcière. Mais généralement, par respect même de crainte, on la nommait Bonne Dame ou Belle Dame, du nom même qu’on donnait aux fées. » Jules Michelet En lisant ou en relisant Michelet, l’impression est que tout l’élan qui a fait surgir le féminisme dans notre temps et qui s’accomplit aujourd’hui dans le culte rendu à la sorcière, à la femme sauvage, au Féminin sacré ou guerrier, est né chez lui, dans les pages d’un livre fou, publié pour la première fois en 1862, un livre de poésie et de rage pareil à nul autre. Un livre fou puisque, pour écrire cet hommage vibrant à l’insoumission de la femme, à la sorcière qui sommeille en elle, il fallait s’en prendre frontalement à l’Église qui « n’a pas assez de bûchers contre l’infortunée », une Église qui régnait en maître sur les esprits et sur un pouvoir dont elle armait le bras. Aux yeux du clergé, la sorcière était la résurgence de tout ce qu’il haïssait de l’héritage des temps passés, une certaine forme de paganisme et une dévotion à la nature. Jean-Philippe de Tonnac s’est pris de passion pour la tonitruante actualité du texte de Michelet. Dans l’introduction à ce livre brûlant, magnifié par les illustrations de Gabriel Sanchez, il met en exergue son extraordinaire modernité et salue l’hommage magistral que Michelet rend aux femmes. Un ouvrage inconcevable dans le contexte historique qui l’a vu naître ; inattendu aussi dans le parcours de vie de l’auteur. Un écho aux prises de conscience et aux combats actuels.

24.90 

2 en stock

Une question sur un produit ?

Une conseillère peut vous répondre

Appelez le :
06 12 88 86 05 ou 09 50 48 96 65

Cocooning Center Energy
1 avenue Jean Monet
Carrefour Market
31390 Carbonne

La Sorcière

La Sorcière

« L’unique médecin du peuple, pendant mille ans, fut la Sorcière. Les empereurs, les rois, les papes, les plus riches barons, avaient quelques docteurs de  Salerne, des Maures, des Juifs, mais la masse de tout état, et l’on peut dire le monde, ne consultait que la Saga ou Sage-Femme. Si elle ne guérissait, on l’injuriait, on l’appelait Sorcière. Mais généralement, par respect même de crainte, on la nommait Bonne Dame ou Belle Dame, du nom même qu’on donnait aux fées. » Jules Michelet
En lisant ou en relisant Michelet, l’impression est que tout l’élan qui a fait surgir le féminisme dans notre temps et qui s’accomplit aujourd’hui dans le culte rendu à la sorcière, à la femme sauvage, au Féminin sacré ou guerrier, est né chez lui, dans les pages d’un livre fou, publié pour la première fois en 1862, un livre de poésie et de rage pareil à nul autre.
Un livre fou puisque, pour écrire cet hommage vibrant à l’insoumission de la femme, à la sorcière qui sommeille en elle, il fallait s’en prendre frontalement à l’Église qui « n’a pas assez de bûchers contre l’infortunée », une Église qui régnait en maître sur les esprits et sur un pouvoir dont elle armait le bras. Aux yeux du clergé, la sorcière était la résurgence de tout ce qu’il haïssait de l’héritage des temps passés, une certaine forme de paganisme et une dévotion à la nature.
Jean-Philippe de Tonnac s’est pris de passion pour la tonitruante actualité du texte de Michelet. Dans l’introduction à ce livre brûlant, magnifié par les illustrations de Gabriel Sanchez, il met en exergue son extraordinaire modernité et salue l’hommage magistral que Michelet rend aux femmes. Un ouvrage inconcevable dans le contexte historique qui l’a vu naître ; inattendu aussi dans le parcours de vie de l’auteur. Un écho aux prises de conscience et aux combats actuels.

Choix de livraison

Plusieurs choix de livraison possible

Retrait en boutique

Aux horaires d’ouvertures 

~

Paiement sécurisé

Paylib et  Paypal  ou  Chèque

Conseils

Nous sommes à votre disposition 

Le guide d’achat de Cocooning Center

Pourquoi l’aigue marine est elle la pierre du mois de mars

Pourquoi l’aigue marine est elle la pierre du mois de mars

Cette pierre est dune grande beauté, représentant la pureté , il fait partie de l'élément eau, d’ailleurs son nom veut dire Aqua "eau « marina « mer » Les reflets de son bleuté représentent l’éclat du premier rayon de soleil du mois de mars , sur l’eau qui  lui donne...

lire plus
La Pierre du Mois de Février, l’Améthyste

La Pierre du Mois de Février, l’Améthyste

Le savez-vous ! Les traditions veulent que l’on propose des pierres que l’on peut offrir en fonction du mois de naissance de la personne, Ou du mois de référence, cela permet de vibrer en fonction de cette pierre afin de facilité le bon fonctionnement du mois. Pour le...

lire plus